1914-1918 – La Grande Guerre

Emile Chataignier, jeune ingénieur agronome mort au front – statue en bronze par sa mère Anna Cabibel (Division 26)

André Fagot, mort au front – médaillon en bronze non signé (Division 09)

En 1818 s’achève l’une des plus grandes tragédies du XXe siècle : prend fin le carnage de la « Der des der », avec ses millions de morts et de blessés, ses veuves et ses orphelins et les séquelles irréversibles pour les survivants et leurs descendants. L’Europe se réveille ruinée, désolée, avec une économie exsangue. L’Allemagne, grande perdante du conflit, s’en sort cependant mieux que la France. Le dernier Poilu a disparu, nul maintenant ne nous racontera plus Verdun, les Eparges, le Chemin des Dames… Pourtant, ils sont toujours là, bien là, présents dans nos mémoires et dans nos foyers, avec leurs noms gravés sur nos monuments, humbles souvenirs d’une époque révolue.

Le Père Lachaise porte lui aussi les traces du hideux conflit, magnifié par ses monuments ou ses sculptures monumentales ou plus humbles et plus familiales, les sépultures des acteurs de cette guerre. En 2018, la ville de Paris a choisi d’inaugurer un monument aux soldats de Paris morts pendant le conflit. C’est une longue liste sur le mur extérieur du cimetière, le long du boulevard Ménilmontant.

Sources : Régis Dufour Forrestier.  Date de création : 2008-11-08.

Photos

Le Père Lachaise

Date de la dernière mise à jour : 12 février 2021