DAEL Jean-François van (1764-1840)
Pays-Bas

portrait de Jean-François Dael par Robert Lefevre, 1804 - Musée Royal des Beaux-Arts, Anvers (Pays-Bas)
Peintre de fleurs hollandais

Jean-François (en fait Jan-Frans) van Dael, ou Vandaël, voit le jour à Anvers (Pays-Bas), en 1764. Formé dans l’atelier d’un peintre de décors, van Dael suit les cours de dessin à l’académie d’Anvers. En 1786, il part pour Paris où il débute modestement comme peintre décorateur, pratiquant notamment l’imitation des bois. C’est pendant les années troublées de la Révolution qu’il commence à peindre des fleurs. Peut-être a-t-il alors comme professeur Gérard van Spaendonck (1746-1922).

Rapidement il obtient un énorme succès. Il expose au Salon de 1804. Ses œuvres, fort nombreuses, se retrouvent bientôt dans les salons de la haute société. L’impératrice Joséphine, Louis XVIII, Charles X en acquièrent plusieurs.

Ses compositions conservent toujours un caractère sévère hérité de la tradition hollandaise et flamande du XVIIe siècle. Certains de ses bouquets, telle «La tombe de Julie» (1804, Château de Malmaison), associent aux fleurs une réflexion mélancolique sur la vie et la mort. Il est immortalisé par Boilly dans son tableau «Réunion d’artistes dans l’atelier du peintre Jean-Baptiste Isabey». Jean-François van Dael s’éteint à Paris en 1840.

Sources : -. Date de création : 2007-02-17.

Photos

Monument

La concession à perpétuité est entretenue gratuitement par la ville de Paris.

Inscriptions :

Si tu viens au printemps, dans ce lieu de douleur,
Ami des arts, tu dois le tribut d’une rose
A ce tombeau modeste, ou pour jamais repose
La cendre de Vandaël, notre peintre des fleurs.

Photos


Date de la dernière mise à jour : 26 août 2021