OLIVIER-MERSON Luc (1846-1920)
France

photo anonyme, 1909
Auteur de la fresque du Sacré Cœur de Montmartre

Luc Olivier-Merson(Nicolas) Luc Olivier-Merson nait le 21 mai 1846, à Paris, d’origines nantaises. Son père, critique d’art à défaut d’être peintre, lui montre les chemins qui mènent vers la reconnaissance.

Dès 1869, il remporte le 1er prix de Rome sur le thème « le soldat de Marathon ». Pour y arriver, il aura suivi les cours de Gustave Chassevent puis d’Isidore Pils. Son séjour en Italie lui révèle Raphaël, Le Corrège, les Maîtres du Quattrocento.

Alors qu’il est toujours pensionnaire de la Villa Médicis, il se fait remarquer au Salon de 1873 pour l’un de ses envois obligatoires avec « Vision » légende du XIVe siècle (scène d’une sainte en extase devant le christ crucifié) qui remporte une médaille de première classe.

Son dernier envoi au salon avant son retour en France, en 1875, traite du thème du « sacrifice à la Patrie » (toile aujourd’hui disparue). On y voit une mère éplorée devant le cadavre de son fils étendu sur un autel, la foi veillant à ses côtés. Ce sujet est bien choisi au lendemain des désastres de 1870. La toile reçoit un accueil unanime et la notoriété est au rendez-vous et s’accompagnera de nombreux succès aux salons suivants.

Les travaux de commande s’enchaînent : au Palais de Justice de Paris, à la Sorbonne, à l’Institut Pasteur (mosaïques du tombeau), à l’Hôtel de Ville (escalier des fêtes), à l’Opéra-Comique. L’exposition Universelle de 1889 ne l’oublie dans la distribution de ses lauriers. Il est aussi le créateur du dessin du billet d’entrée.

Luc Olivier-Merson travaille pour des cartons de vitraux, des modèles d’émaux et de faïence. C’est également un illustrateur de magazines et d’ouvrages tels que Notre Dame de Paris d’Hugo, les Trophées d’Hérédia, les Nuits de Musset…  Le moyen âge tient une place importante dans les sources de son inspiration. Il en a une vision mystique et idéaliste.

Pour Luc Olivier-Merson, il n’y a pas que le modèle aux belles formes qui soit essentiel. Il y a aussi le végétal ou l’insecte qu’il étudie en vacances pour mieux les restituer ensuite.

C’est aussi l’auteur des billets de banque de 100 F (mis en circulation en 1908) et de 50 F (mis en circulation en 1928). Ses héritiers considèrent que ce dernier, sorti huit ans après le décès de l’auteur, présente une nette différence avec les épreuves remises par l’auteur. Sa fille assigne cette dernière devant les tribunaux afin d’arrêter la distribution.

Fait rarissime, on condamne la Banque de France à 1 franc de dommages et intérêts. Mais elle n’a pas l’obligation de restituer les originaux ni d’arrêter son impression. Elle décide alors de ne plus apposer les noms des graveurs et dessinateurs sur ses billets. Luc Olivier-Merson est aussi l’auteur d’un timbre qui sera reproduit en de nombreuses variantes et également utilisé dans les colonies.

Il devient membre de l’Académie des Beaux-Arts en 1892, contre Carolus-Duran et Benjamin Constant. Il est professeur d’atelier à l’Ecole des Beaux-Arts, en 1894. Puis il passe professeur-chef, en 1905, en remplacement de son ami le peintre Léon Bonnat. Il démissionne, en 1911, au motif d’un désaccord sur le relâchement des études dans l’art moderne.

Luc Olivier-Merson meurt en 1920. Il rejoint ou sera rejoint au Père Lachaise par ses amis : le compositeur Gabriel Pierné (1863-1937), François Schommer, peintre Prix de Rome qui fait son portait, Adolphe Giraldon, élève puis collaborateur fidèle, et le compositeur Henri Duparc (1848-1936). Il repose avec son père, Charles Olivier-Merson (1822-1902), journaliste et critique d’art.

Le Musée d’Orsay détient quatre toiles récupérées lors de la démolition d’un hôtel particulier : « la vérité », « la famille », « la fortune » et « l’espérance ».

Distinctions : chevalier de la Légion d’honneur (30 décembre 1881), officier (14 décembre 1900), commandeur de la Légion d’honneur à titre posthume (20 juillet 1920).

Hommages : Un boulevard porte son nom à Nantes (Loire-Atlantique).

Sources : Base Léonore (Légion d’honneur). Date de création : 2006-05-22.

Photos

Monument

Inscriptions : FAMILLE OLIVIER MERSON

Madame Luc OLIVIER MERSON, née Pierrette Elisabeth CONTOUR, 14 juillet 1850 – 31 mars 1902. Luc OLIVIER MERSON, artiste peintre, membre de l’institut, commandeur de la légion d’honneur, 21 mai 1846 – 13 novembre 1920.

Photos


Date de la dernière mise à jour : 30 mars 2022