AIGNAN Etienne (1773-1824)
France

Etienne Aignan voit le jour à Beaugency (Loiret), le 9 avril 1773. Il écrit, sous le titre de «Bibliothèque étrangère» des traductions de «l’Iliade», «de Pope», «Goldsmith». Il fait aussi des tragédies médiocres et est journaliste. Occupant les fonctions d’aide des cérémonies sous Napoléon, il est élu à l’Académie le 3 mars 1814 en remplacement de Jacques Henri Bernardin de Saint-Pierre. L’Académie reçoit l’ordre de surseoir à sa réception ainsi qu’à celle de Michaud, en même temps qu’à l’élection du successeur de Stanislas Jean Boufflers, le gouvernement de la première Restauration préparant un projet de réorganisation des Académies.

Pendant les Cent-Jours, le retour de l’empereur Napoléon supprime cette interdiction et Aignan est reçu le 18 mai 1815 par Parseval-Grandmaison. Il propose en 1818 d’envoyer au Roi une supplique demandant le rappel de A. -V. Arnault. Il est un des compagnons du «Déjeuner de la Fourchette». Il est membre de la Commission du Dictionnaire. Etienne Aignan s’éteint à Paris le 21 juin 1824. Il repose avec Octave Desaix Aignan (1805-1850), procureur du roi.

Sources : Dictionnaire de la Révolution et de l’Empire, Paris, 1900 ; Site de l’Académie Française. Date de création : 2009-04-24.

Monument

Photos


Date de la dernière mise à jour : 20 février 2021