MOISSAN Henri (1852-1907)
France

Chimiste qui isole le fluor, prix Nobel de chimie

HenriHenri (Ferdinand François) Moissan, voit le jour à Paris, le 28 septembre 1852. Il commence ses études au collège de Meaux. Il s’inscrit à l’École Supérieure de Pharmacie à Paris où il obtient son diplôme de pharmacien.

Henri Moissan s’intéresse, en même temps, à la chimie et rejoint le laboratoire d’Edmond Frémy, à la chaire de Chimie appliquée aux corps inorganiques du Muséum national d’histoire naturelle. Là, il suit les cours d’Henri Sainte-Claire Deville et d’Henri Debray.

Il travaille également dans le laboratoire de Pierre Paul Dehérain (1830-1902), à l’École Pratique des Hautes Etudes, ainsi qu’au laboratoire de chimie de la Sorbonne. En 1874, il obtient sa licence de chimie. Il devient docteur en chimie, en 1880, avec une thèse sur le cyanogène ((CN)2) et ses réactions pour former les cyanures.

En 1882, il est nommé professeur agrégé à l’École Supérieure de Pharmacie de Paris (aujourd’hui, Faculté de pharmacie). Il commence à y travailler sur la chimie du fluor, en 1883.

Il isole le fluor, en 1886, en réalisant l’électrolyse d’un mélange de fluorure de potassium (KF) et d’acide fluorhydrique (HF). En 1892, il met au point le four électrique à arc permettant d’atteindre de hautes températures, jusqu’à 3 500°C, avec lequel il isole plusieurs métaux. Il met aussi au point la fabrication de plusieurs composés tels que les carbures.

Henri Moissan devient membre de l’Académie de Médecine en 1888 et de l’Académie des Sciences en 1891. Il effectue la première synthèse du carbure de silicium.

En 1896, il assiste Charles Friedel lors de la création de l’École Nationale Supérieure de Chimie de Paris. Il sera directeur de l’école, de 1899 à 1907. En 1896, il est lauréat de la médaille Davy. En 1900, il succède à Louis Joseph Troost à la chaire de chimie générale de la faculté des sciences de Paris. Il y restera jusqu’à sa mort.

Henri Moissan reçoit en récompense de ses travaux sur le fluor le Prix Nobel de chimie, en 1906. Il meurt soudainement d’une crise d’appendicite le 20 février 1907, à Paris, peu de temps après son retour de Stockholm où il venait de recevoir son prix.

Distinctions : chevalier (29 décembre 1886), officier (31 décembre 1895), commandeur (14 août 1900) de la Légion d’honneur. Hommages : Le carbure de silicium est appelé « moissanite » en son honneur.

Sources : Base Léonore (Légion d’honneur). Date de création : 2008-03-04.

Photos

Monument

Inscriptions : Famille H. MOISSAN-LUGAN

Henri, MOISSAN, membre de l’Institut, 1852-1907.

Photos


Date de la dernière mise à jour : 16 août 2022