LACRESSONNIERE Marguerite GUERINIERE, Mme LE SOT de la PANNETERIE dite (1822-1859)
France

gravure par Edouard Diolot

Marguerite Gérinière nait le 15 septembre 1815 à Lyon (Rhône). Cadette d’une famille de cinq enfants, son père est menuisier et sa mère marchande de poissons. Elle monte sur scène pour la première fois à l’âge de quatorze ans dans un petit théâtre de la rue de la Juiverie à Lyon. Elle est remarquée dans Le Philtre champenois par le directeur du théâtre de Chambéry où elle se produit.

Puis elle est engagée par la troupe d’arrondissement de Combettes. Colson la fait jouer dans son théâtre de La Rochelle. En 1840, elle joue à Angers, Le Mans, Rennes et Alençon. Puis elle passe une saison à la Gaîté avant d’être engagée comme jeune première à Marseille de 1843 à 1846. Recommandée par Joseph Méry et Dumas fils à Dumas père qui constitue la troupe du Théâtre historique, Hippolyte Hostein l’engage pour y jouer entre 1847 et 1850. Elle épouse en premières noces Monsieur Perier et en secondes noces, en 1847, l’acteur Louis Charles Adrien Le Sot de la Panneterie dit Lacressonnière (1819-1893). Elle suit Hostein à la Gaîté (1851-1855).

Elle joue ensuite au Cirque Nationale en 1856 puis à l’Odéon en 1858 et enfin au Théâtre de l’Ambigu-Comique où à la suite de cent représentations des Fugitifs, elle tombe malade de fatigue. Elle meurt au 2 boulevard du Temple à Paris le 26 janvier 1859 auprès de son mari dont elle est séparée depuis 1856. Ses funérailles se déroulent à l’église Saint-Sulpice en présence de plus de 800 artistes dramatiques, dont Camille Doucet, chef de la division des théâtres, Charles de La Rounat, directeur du théâtre de l’Odéon et Arthur de Beauplan.

Douée d’un talent inné pour la scène et la comédie, Marguerite Lacressonnière laisse une place marquante dans le monde du théâtre de son époque. Femme libérée avant l’heure, elle est toute sa vie à la recherche des plaisirs de la vie. Elle décède en 1859.

Rôles :

au Théâtre Historique (devenu l’actuel Théâtre de la Ville) :

  • La Reine Margot d’Alexandre Dumas (1847),
  • Lady Mylfort dans Intrigue et amour (11 juin 1847),
  • Julia dans L’École des familles d’Adolphe Dumas (20 mai 1847),
  • Gertrude dans La Marâtre (25 mai 1848),
  • Marcia dans Catilina d’Alexandre Dumas et Auguste Maquet (14 octobre 1848),
  • Suzanne dans Les Mystères de Londres de Paul Féval (29 décembre 1848),
  • La duchesse de Guise dans Angèle (19 septembre 1848).

A la Gaîté :

  • Armande Béjart dans Molière de George Sand (10 mai 1851),
  • La Paysanne pervertie de Dumanoir et Dennery (18 octobre 1851),
  • Le Château de Grantier de Maquet (12 janvier 1852),
  • La Mendiante d’Auguste Anicet-Bourgeois et Michel Masson (22 avril 1852),
  • La Boisière de Th. Barrière et A. Jaime (2 mars 1853),
  • Marie-Rose d’Auguste Anicet-Bourgeois et M. Masson (4 avril 1853),
  • La Bonne aventure de Paul Foucher (21 avril 1854),
  • Thérèse dans Les Oiseaux de proie de Dennery (octobre 1854),
  • Louise dans La Closerie des genêts (juin 1854),
  • Henriette de France dans Les Mousquetaires (30 août 1854),
  • Mercédès dans Monte-Cristo (Le Retour du Pharaon, 21 avril 1855).

Au Cirque National :

  • Marie Stuart en Ecosse, de Duvicque et Crisofulli (23 août 1856).

A l’Odéon :

  • La Jeunesse d’Émile Augier (6 février 1858),
  • L’École des ménages d’Arthur de Beauplan (11 mai 1858).

A l’Ambigu : Les Fugitifs d’Auguste Anicet-Bourgeois et Ferdinand Dugué.

Sources : Wikipedia. Date de création : 2008-01-31.

Photos

Monument

Le tombeau, élevé par souscription, est orné d’un buste en bronze non signé la représentant tête nue, légèrement tournée vers son épaule gauche, et à la poitrine partiellement drapée. Elle tient de sa main droite un masque.

Photos


Date de la dernière mise à jour : 24 février 2021