KARINA Hanne Karin BLARKE BAYER dite Anna (1940-2019)
Danemark

photo anonyme - Getty Museum, Los Angeles (Etats-Unis)
Sous le soleil exactement

Karin Blarke Bayer, dite Anna Karina, voit le jour le 22 septembre 1940, à Solbjerg (Danemark). Au Danemark, elle occupe divers petits emplois et elle chante dans des cabarets. Elle y travaille aussi comme mannequin et joue dans des publicités et des courts métrages. Elle fuit une mère absente et un beau-père violent et vient à Paris à l’âge de dix-sept ans.

Repérée par Catherine Harlé, elle pose pour des photos pour le magazine Elle dirigée par Hélène Lazareff. Elle y rencontre Coco Chanel qui lui invente son nom Anna Karina. Jean-Luc Godard, alors journaliste aux Cahiers du cinéma, la repère et sera son époux de 1961 à 1967.

Le public la découvre dans Ce soir ou jamais de Michel Deville. Elle y remplace, au pied-levé, Marie-José Nat, contre l’avis de Jean-Luc Godard. À la sortie du film, il la trouve fabuleuse et lui propose le premier rôle dans Une femme est une femme où elle partage l’affiche avec Jean-Paul Belmondo et Jean-Claude Brialy.

Anna Karina s’impose comme l’égérie de Jean-Luc Godard. C’est une icône de La Nouvelle Vague qui joue dans sept de ses films. Ensuite, elle obtient le succès dans des films pour Agnès Varda, Chris Marker, Roger Vadim ou Jean Aurel. Sa prestation dans Suzanne Simonin, la Religieuse de Diderot (1967) de Jacques Rivette, est même tenue comme la meilleure de sa carrière bien que le film soit interdit par la censure.

Luchino Visconti la dirige dans L’étranger. Mais elle travaille aussi avec George Cukor, Volker Schlöndorff, Rainer Werner Fassbinder, Tony Richardson, Raoul Ruiz ou encore Jonathan Demme. En 1967, elle est l’héroïne de la seule comédie musicale signée par Serge Gainsbourg, Anna.

Elle apparaît dans le documentaire Des écrivains à New York, dans Italiques en 1972. En 1973, elle fait ses débuts de réalisatrice avec Vivre ensemble dans lequel elle joue également. En 1978, elle joue dans une pièce écrite et mise en scène par Françoise Sagan, Il fait beau jour et nuit.

Anna Karina donne la réplique à Ava Gardner et Anthony Quinn, en 1982, dans Regina Roma de Jean-Yves Prat. Elle écrit, chante et joue également dans La Dernière Chanson, réalisé par Dennis Berry son quatrième époux (1987).

Elle est l’invitée de Thierry Ardisson dans l’émission Bains de minuit, aux Bains Douches, où Jean-Luc Godard lui fait la surprise de sa participation. En 2007, elle écrit et réalise un road-movie nommé Victoria à Montréal, à Québec et au Saguenay-Lac-Saint-Jean dans lequel elle interprète le rôle principal, avec une musique de film de Philippe Katerine.

En 2011, elle entreprend l’adaptation des contes d’Andersen en comédies musicales pour jeune public avec ses complices Katerine et Philippe Eveno. C’est l’invitée d’honneur, en 2012, du 5ème Festival international du film de Dieppe. Puis, en 2013, elle assiste aux représentations de la comédie musicale Anna de Serge Gainsbourg et Pierre Koralnik, où Cécile de France y reprend son rôle

La chanteuse

Jean-Luc Godard lui écrit La Chanson d’Angela pour le film Une femme est une femme, sur une musique de Michel Legrand. Il lui fait interpréter J’entends, j’entends de Louis Aragon et Jean Ferrat dans le film Bande à part. Dans le film Pierrot le Fou, Anna Karina crée deux chansons de Serge Rezvani, dont Ma ligne de chance en duo avec Jean-Paul Belmondo. Puis elle chante en duo avec Claude Brasseur dans le film de Jacques Baratier Dragées au poivre (1963), dans le film Le voleur de Tibidabo (1964) et la chanson Plaisir d’amour dans le film de Rivette La Religieuse (1965).

En 1967, elle rencontre un grand succès avec Sous le soleil exactement et Roller Girl. Ces titres de Serge Gainsbourg sont extraits de la comédie musicale Anna de Pierre Koralnik. Anna Karina reprend des standards du jazz dans le film Dernier été à Tanger d’Alexandre Arcady, en 1986. Elle se produit au Palace, avec les acteurs du film Last song pour y chanter des titres de Dennis Berry et Stéphane Vilar.

Ces derniers écrivent également ses chansons dans le film de Jacques Rivette Haut bas fragile, en 1994. Elle est l’auteur de la chanson qu’elle chante dans La Vérité sur Charlie de Jonathan Demme ainsi que de la chanson de son film Vivre ensemble. Pour ce dernier,  elle enregistre aussi deux chansons de Serge Gainsbourg restées longtemps inédites : Hier ou demain et La Noyée. La plupart de ces titres sont réunis sur les compilations Chansons de films (2004) et Je suis une aventurière (2018).

En 1999, elle enregistre avec Philippe Katerine Une histoire d’amour. Anna Karina se produit au Printemps de Bourges en 2006, pour un hommage à Serge Gainsbourg. Elle adapte, écrit les paroles et chante dans deux comédies musicales mises en musique par Philippe Eveno : Le vilain petit canard et La petite sirène, tirés des contes d’Andersen.

En 2017, son mari, Dennis Berry, lui consacre un documentaire Anna Karina, souviens-toi. Il le présente ensuite au Festival Lumière de Lyon dont elle est l’invitée d’honneur. En 2018, elle figure sur l’affiche du 71e Festival de Cannes aux côtés de Jean-Paul Belmondo dans une scène extraite du film Pierrot le fou de Jean-Luc Godard.

C’est une année faste pour Anna Karina dont le film, Vivre ensemble, ressort en salles dans une version restaurée, ainsi qu’un album de chansons intitulé Je suis une aventurière. Elle se rend à Tokyo en septembre 2018 pour la sortie japonaise de son album. En septembre 2019, Anna Karina se rend à Châteauvallon où Charles Berling présente l’adaptation théâtrale du film Vivre sa vie de Jean-Luc Godard.

Le 4 octobre 2019, la cinémathèque de Grenoble lui rend hommage en sa présence. Elle meurt à Paris le 14 décembre 2019 des suites d’une complication post-opératoire.

Elle est d’abord l’épouse de Jean-Luc Godard, de 1961 à 1967, puis, de 1968 à 1974, de Pierre Fabre, puis, de 1978 à 1981, de Daniel Duval, et, enfin, à partir de 1982 du réalisateur américain Dennis Berry (1944-2021), avec qui elle repose.

Films :

  • Ce soir ou jamais de Michel Deville (1961) ;
  • Une femme est une femme de Jean-Luc Godard (1961) ;
  • Vivre sa vie de Jean-Luc Godard (1962) ;
  • Bande à part de Jean-Luc Godard (1964) ;
  • Alphaville de Jean-Luc Godard (1965) ;
  • Pierrot le Fou de Jean-Luc Godard (1965) ;
  • La Religieuse de Jacques Rivette (1967) ;
  • L’étranger de Luchino Visconti (1967) ;
  • Regina Roma de Jean-Yves Prat (1982) ;
  • La Dernière Chanson de Dennis Berry (1987) ;
  • Haut bas fragile de Jacques Rivette (1994) ;
  • Chloé de Dennis Berry (1996), avec la jeune Marion Cotillard ;
  • Moi César de Richard Berry (2002) ;
  • La Vérité sur Charlie de Jonathan Demme (2002) , etc…

Prix :

  • Ours d’argent de la meilleure actrice pour Une femme est une femme de Jean-Luc Godard, au festival de Berlin (1961) ;
  • prix Henri Langlois d’honneur, pour l’ensemble de sa carrière de comédienne (2014) ;
  • nomination au César de la meilleure actrice dans un second rôle pour Cayenne Palace d’Alain Maline (1988).

Distinctions : chevalier de la Légion d’honneur (14 avril 2017, non documentée dans la Base Léonore car trop récente), commandeur des Arts et des Lettres (15 février 1996).

Sources : Base Léonore (Légion d’honneur) ; Wikipedia. Date de création : 2019-12-21.

Photos

Monument

Inscriptions :

Anna KARINA, 1940-2019.

Photos


Date de la dernière mise à jour : 31 mars 2022