HABENECK François Antoine (1781-1849)
France

gravure - par P.C. van Geel - Bibliothèque de l'Opéra, Paris
Créateur de « Robert le Diable », « La Juive», « Les Huguenots» …

François Antoine Habeneck voit le jour le 22 janvier 17811 à Mézières (Ardennes). Bien que ce soit un violoniste, compositeur, musicien inspiré, chef d’orchestre du Conservatoire et du Grand Opéra, professeur au Conservatoire, inspecteur général du Conservatoire, directeur de l’Opéra, son nom est bien oublié pour celui qui est une référence en son temps et un modèle suivi par des générations de musiciens. Il est d’abord violoniste dans l’orchestre de l’Opéra puis y entame en 1817 une brillante carrière d’adjoint du chef d’orchestre, Rodolf Kreutzer, où il dirige avec l’archet de son violon.

Il deviendra le seul chef de 1831 à 1848. C’est lui qui dirige la représentation inaugurale de la salle Le Peletier en 1822. À l’Opéra, il crée « Robert le Diable » le 21 novembre 1831, « La Juive » le 23 février 1835, « Les Huguenots » le 29 février 1836, trois « grands opéras », tels qu’on désigne aujourd’hui ces opéras français du 19ème qui faisaient appel à une mise en scène grandiose puis « Benvenuto Cellini » le 10 septembre 1838. En 1825, il devient professeur au Conservatoire et, en 1831, Inspecteur Général des classes.

Il aura pour élèves toute une génération de musiciens parmi lesquels Edouard Lalo (1823-1892), compositeur français, Hubert Léonard (1819-1890), compositeur belge. En 1828, il crée la Société des Concerts du Conservatoire, concerts qu’il dirige et où il défend ardemment Beethoven. Berlioz écoute en 1828 son exécution de symphonies de Beethoven et tombe sous le charme de cette musique … et du chef d’orchestre ! Il créera donc pour Hector Berlioz, le 5 décembre 1830, au Conservatoire, sa « Symphonie Fantastique » puis, aux Invalides, le 5 décembre 1837, sa « Grande Messe des morts ».

Il est chargé, avec d’autres musiciens, en septembre 1835, de la cérémonie funèbre aux Invalides de Vincenzo Bellini, compositeur italien (1801-1835). Il est aussi violoniste à la Chapelle Royale, puis dans la musique de chambre de Louis-Philippe. En 1843, il devient vice-président de l’Association des artistes musiciens. Il décède le 8 février 1849 à Paris.

Sources : Le grand opéra, 1828-1867, le spectacle de l’histoire, catalogue d’exposition à l’Opéra de Paris, 2019 ; Wikipedia. Date de création : 2005-10-17.

Photos

Monument

Photos


Date de la dernière mise à jour : 16 février 2021