BREART DE BOISANGER Yves (1896-1976)
France

Yves Bréart de Boisanger, voit le jour le 8 septembre 1896 à Niort (Deux-Sèvres). Il est le frère de Claude Bréart de Boisanger. Yves Bréart de Boisanger est d’abord inspecteur des finances, puis directeur général des Contributions indirectes, puis premier sous-gouverneur de la Banque de France. Il est aussi membre la Délégation française auprès de la commission allemande d’armistice présidée par le général Huntziger.

Ce dernier ne se sentant sans doute ni qualifié, ni désireux de continuer à mener la délégation spéciale française pour les questions économiques, il désigne le 12 septembre 1940, Yves Bréart de Boisanger pour la présider. Celui-ci n’est pas nommé es-qualités, mais bien à titre personnel. Celui ci  remplace comme gouverneur de la Banque de France, le 31 août 1940, Pierre Eugène Fournier, dont les relations avec Yves Bouthillier, ministre des finances du régime de Vichy, n’ont jamais été bonnes.

Au cours de son mandat, malgré les ordres donnés par Laval, Boisanger tente de retarder la livraison par la Banque de France, au régime nazi, des 220 tonnes d’or confiées par la Banque nationale de Belgique et entreposés au Sénégal, avec l’or de la Banque de Pologne et celui de la Banque de France. La lenteur des opérations de convoyage et leurs interruptions permettent de préserver le stock restant à l’arrivée des alliés dans l’Afrique Occidentale française.

Malgré la réquisition par les nazis de cet or, la Banque de France ne cesse de se reconnaître débitrice de la Banque nationale de Belgique. Elle refuse l’indemnisation en Reichsmarks par Berlin. À la Libération, le 22 août 1944, le général de Gaulle fait remplacer Boisanger par Emmanuel Monick. Le 7 octobre suivant, un décret le remet à la disposition de l’Inspection générale des finances.

Ensuite, il est administrateur de SIMCA, de la Société de construction des Batignolles (puis de Spie Batignolles), de la Compagnie Équatoriale des Mines, de la Banque Occidentale pour l’Industrie et le Commerce (futur Société de Banque Occidentale), de la Compagnie générale transatlantique, etc. Il décède le 10 octobre 1976, à Paris. Il repose avec son épouse Nicole Dutreil (1920-1972), femme de lettres.

Sources : Boudet (Jacques) Le monde des affaires en France de 1830 à nos jours, 1952 ; Hamon (Augustin Frédéric) Les maîtres de la France, Volume 3, 1938 ; Margairaz (Michel), Banques, Banque de France et Seconde Guerre mondiale, Albin Michel, 2002 ; Wikipedia. Date de création : 2016-11-21.

Monument

Photos


Date de la dernière mise à jour : 10 avril 2021