SILVIU Renée, née SARAGA (1913-1988)
Roumanie

photo anonyme, avec une de ses marionnettes

Renée Şaraga voit le jour à Bucarest (Roumanie) en 1913. C’est la fille de Berta Schwartz et Iancu Şaraga.

En 1936 et 1937, elle étudie à Paris la pédagogie moderne et la psychologie à la Sorbonne. Elle suit aussi les cours du marionnettiste Marcel Temporal. Elle voyage en Italie et se lie d’amitié avec le peintre sicilien Renato Guttuso, qui en fera de nombreux portraits.

De retour en Roumanie en 1938, Renée Şaraga y crée le premier théâtre de marionnettes à gaine. On donne les spectacles pour enfants dans une salle du grand magasin « Galeries Lafayette » de Bucarest. Ils sont gratuits et les petits spectateurs y participent activement. Cette première troupe prendra par la suite le nom du personnage «Păcălici» (le Farceur).

Renée Şaraga y est à la fois manipulatrice, scénographe, metteur en scène et créatrice des marionnettes de la troupe Păcălici.

En 1938, elle épouse l’écrivain George Silviu, créateur dans les années 20 du personnage de Ciufulici (l’Ébouriffé). Elle renouvelle, avec son mari, l’écriture dramatique du théâtre de marionnettes.

Dès 1945, les spectacles de la «Compagnie Păcălici», pour adultes comme pour enfants, sont donnés dans la salle du Teatrul Mic (Le Petit Théâtre) de la Calea Victoriei.

L’inauguration a lieu le 4 mars 1945, avec la pièce de George Silviu intitulée «Brumărel» (le Brumeux), écrite pour la circonstance : le personnage « Păcălici » y tient le rôle principal.

La «Compagnie Păcălici» et la «Compagnie du Théâtre de Marionnettes à Fil» fusionnent en 1949. Au «Théâtre Ţăndărică», de 1949 à 1958, Renée George Silviu met en scène des spectacles pour adultes et pour enfants : «Gură cască» (Bouche bée) en 1950, «Bibi Aicha» en 1952, «Fraţii Liu» (Les frères Liu) en 1955, «2/0 pentru noi» (2/0 pour nous)…

Considérée comme précurseur dans le théâtre de marionnettes en Roumanie, elle s’investit dans l’animation du milieu professionnel international de la marionnette. Elle publie de nombreux articles, fait des communications dans les colloques nationaux ou internationaux et forme toute une génération de marionnettistes.

Ses mises en scène et sa participation à des festivals internationaux lui valent des prix et les hommages des plus grands marionnettistes comme Jiri Trnka, Sergei Obratzof et Jan Malik.

En 1958, Renée George Silviu, persécutée par les autorités politiques, est exclue du Théâtre Ţăndărică. En 1961, elle quitte son pays avec son mari et ses deux filles, et obtient l’asile politique à Paris. Elle continue, ensuite, à publier des articles dans les revues spécialisées, comme «UNIMA». Renée George Silviu décède en 1998. Elle repose avec son mari, George Silviu (1900-1971), homme de lettres.

Sources : -. Date de création : 2020-12-25.

Photos

Monument

Photos


Date de la dernière mise à jour : 25 octobre 2022