SCRIBE Augustin Eugène (1791-1861)
France

Librettiste de La Juive, de Robert le Diable, d’Adrienne Lecouvreur …

Fils d’un marchand drapier de la rue Saint Denis, Augustin Eugène Scribe voit le jour à Paris en 1791. Pour plaire à ses parents, il aurait dû faire des études de droit en vue de devenir avocat, mais, par goût de la comédie et du vaudeville, c’est le plus naturellement du monde qu’il se dirigera vers le théâtre. Sa première pièce, écrite en 1810, «Le Prétendu sans le savoir», joué au Théâtre des Variétés, sera un four.

Il connaît son premier succès en 1815, avec «Une nuit de la garde nationale». Puis, ayant découvert comment il pouvait satisfaire le goût du public essentiellement bourgeois, il multiplie les succès : «Le solliciteur» (1817), «Les Deux précepteurs» (1817), «L’Ours et le Pacha» (1820), «Michel et Christine» (1820), «Le Secrétaire et le cuisinier» (1821), «Le Ménage de garçon» (1821), «Le Nouveau Pourceaugnac» (1822), «La Veuve du Malabar» (1822), «L’Héritière» (1823), «Les Premières amours» (1825), «Le Diplomate» (1827).

Fort de ses succès, il écrit des comédies de mœurs à l’usage de la Comédie Française, mais sans réussite. Il écrit alors pour l’Opéra-Comique et le Grand-Opéra, ce sera le triomphe avec «Fra Diavolo» (1830), «Le Philtre» (1830), «Robert le Diable» (1831), «La juive» (1835), «Les Huguenots» (1837) et «l’Ambassadrice» (1836). Il est élu à l’Académie Française en 1836.

Il commence une nouvelle carrière à partir de 1840, la Comédie Française joue : «Une Chaîne» (1841), «Le Puff» (1848), «Adrienne Lecouvreur» (1849), «Les Contes de la reine de Navarre» (1850), «Batailles de dames» (1851), «La Czarine» (1855). Il fait représenter à l’Opéra et à l’Opéra-Comique, entre autres : «La Favorite» (1840), «Les Diamants de la couronne» (1841), «La Part du diable» (1843), «Haydée» (1847), «Le Prophète» (1849) et «L’étoile du Nord» (1854).

Cet auteur important est bien oublié de nos jours, pourtant on lui doit une certaine forme de théâtre qui a en son temps un immense succès. Eugène Scribe a écrit plus de trois cent pièces, il transforme le vaudeville traditionnel en brillante comédie, construisant des intrigues multiples ou des quiproquos comiques que ne renieraient pas nos modernes auteurs.

Pourtant, si Scribe signe les textes de ces opéras, ceux-ci sont établis en fait sous sa supervision par de multiples collaborateurs et souvent remaniés selon les désirs des compositeurs qui écrivent la musique, au fur et à mesure. Eugène Scribe s’éteint à Paris en 1861.

Sources : -. Date de création : 2005-11-30.

Photos

Monument

La sépulture est ornée d’un bas-relief en marbre de Paul Adolphe Lebègue et d’un médaillon en marbre par Antony Samuel Adam-Salomon.

Photos


Date de la dernière mise à jour : 14 septembre 2021