MONOD Frédéric (1794-1863)
France

Photo anonyme - Source Musée Protestant

Frédéric Monod est le fils du pasteur suisse Jean Monod. Il fait ses études de théologie à l’université de Genève, où il est influencé par l’évangéliste écossais Robert Haldane pour qui il assure le rôle d’interprète anglais-français lors de ses conférences.

Il est consacré pasteur et donne son premier sermon en 1818. Il est naturalisé français en 1820. De 1820 à 1849, il exerce son ministère pastoral au temple protestant de l’Oratoire du Louvre, au sein du Consistoire réformé de Paris. Il fonde la première école du dimanche et participe à plusieurs sociétés religieuses, notamment la Société biblique, la Société des missions évangéliques de Paris et la Société évangélique1.

Lors du synode de 1848, réunie pour faire évoluer le concordat, il soutient la demande des protestants « orthodoxes » d’adoption d’une confession de foi1. Il quitte ensuite l’Église réformée reconnue et financée par L’État et, avec Agénor de Gasparin, il fonde en 1849 l’Union des Églises évangéliques libres de France.

La chapelle du Nord est construite au passage des Petites-Écuries à son initiative en 18491, pour y accueillir le culte de l’Église évangélique libre à Paris ; toujours à son instigation elle est déménage ensuite rue de Chabrol en 1853 puis rue des Petits-Hôtels en 1862.

À partir de 1824 jusqu’à sa mort en 1863, Frédéric Monod est le principal rédacteur du journal les Archives du Christianisme.

Frédéric Monod épouse, en 1821, Marie Louise Constance de Coninck (1803-1837). Ils ont six enfants notamment, Jean Monod, professeur à la faculté de théologie, Gustave (1831-1904), et Théodore (1836-1921) également pasteur. Veuf en 1837, il se remarie en 1839 avec Suzanne Smedley (1808-1867), avec qui il a cinq enfants. Un de leurs fils, Léopold (1844-1922) devient à son tour pasteur.

Frédéric Monod s’éteint à Paris en 1863. Il repose avec son père, le pasteur Jean Monod (1802-1856), sa mère, née Louise Philippine de Coninck (1775-1851), et son frère, Adolphe Monod(1802-1856), pasteur lui aussi.

Pour découvrir le musée protestant

Sources : Wikipedia. Date de création : 2021-05-04.

Monument

Inscriptions :

(sur la bible en pierre, au sommet du monument) : La Sainte Bible. Christ est vivant et la mort m’est un gain.

Photos


Date de la dernière mise à jour : 4 mai 2021