INGRES Delphine, née RAMEL (1808-1887)
France

portrait par son mari Jean Auguste Dominique Ingres, 1859 - Collection Am Romer Holz, Winterthur (Suisse)
Femme du peintre Jean Dominique Ingres

Delphine Ingres, née Ramel, voit le jour le 26 décembre 1808 à Paris. C’est la nièce de Charles Marcotte d’Argenteuil. Le 15 avril 1852, après de longues tractations entre le peintre et son mécène et ami Charles Marcotte d’Argenteuil, Ingres devenu veuf ainsi que nouveau sénateur et grand-officier de la Légion d’honneur, accepte d’épouser la nièce du mécène, Delphine Ramel.

Elle est la fidèle confidente de l’artiste jusqu’à la fin de ses jours et achète, avec son beau-frère, le notaire Jean-François Guille, la Maison au change où l’artiste passe les 15 derniers années de sa vie dans son atelier au bord de la Loire. Elle décède le 11 mai 1887, à Paris. Elle repose avec son mari, le peintre, Jean Dominique Ingres (1780-1867).

Son portrait, célèbre, est un tableau peint en 1859 par Jean-Auguste-Dominique Ingres (musée Bonnat, Bayonne). Conçu probablement comme le pendant de l’autoportrait d’Ingres peint la même année (conservé au Fogg Art Museum de Cambridge), le portrait est la propriété de la Oskar Reinhart Collection.

Ingres a aussi fait un premier portrait de son épouse à la mine de plomb en 1852, aujourd’hui propriété du Musée Bonnat-Helleu. Le portrait reste a propriété du peintre et de son épouse jusqu’à sa mort, passe ensuite à son neveu Albert Ramel, et, après sa mort, à sa veuve. Vendu par Paul Rosenberg en 1924, le portrait est acquis par la collection Oskar Reinhart.

Sources : Sammlung Oskar Reinhart ‘Am Römerholz’ Winterthur, Gesamtkatalog, Basel, Schwabe, 2003, p. 283 ; Wikipedia. Date de création : 2108-12-26.

Photos

Monument

Photos


Date de la dernière mise à jour : 10 avril 2021