GOUBLIER Henri CONIN dit (1888-1951)
France

Henri (Jean) Conin, dit Goublier, voit le jour le 14 mars 1888, à Paris (10ème). C’est le fils du compositeur et chef d’orchestre Gustave Goublier. Le jeune Henri se passionne pour la musique. Son père étant très pris par son métier, c’est son frère aîné Émile qui lui apprend la musique. La mort soudaine de son frère le laisse désemparé. Il trouve un emploi de musicien au théâtre de la Gaîté-Lyrique à Paris. En 1913, il compose sa première opérette, Mam’zelle Vésuve. En 1915, il compose l’opérette La cocarde de Mimi-Pinson avec la collaboration de Maurice Ordonneau et Francis Gally. Cette comédie est un énorme succès en raison du contexte de la Grande Guerre et du thème abordé concernant le travail de fabrication de cocardes tricolores par des midinettes surnommées les Mimi Pinsons. Dans les années 1920, il décentralise les projets théâtraux autour de Paris avec l’organisation des Théâtres du Consortium. En 1935, il part avec une troupe de comédiens en Amérique du Sud pour jouer plusieurs opérettes. Henri Goublier meurt le 23 mai 1951, en son domicile 98 boulevard Malesherbes (Paris). Il repose avec son père, le compositeur et chef d’orchestre Gustave Goublier (1856-1926).

Œuvres : Opérettes : La demoiselle du printemps (1916) ; La fiancée du lieutenant (1917) ; Un mariage parisien (1919) ; Billy Bill (1931) ; La nuit est belle (1935) ; Carnaval (1942) ; Le mariage de Chiffon (d’après le roman de Gyp) ; Jour de bal.

Musiques de films : La Voix qui meurt, de Gennario Dini (1932) ; Le Billet de logement de Charles-Félix Tavano (1932) ; Zizi (1935) ; Fièvres de Jean Delannoy (1941) ; L’Âge d’or de Jean de Limur (1941) ; Le Diamant noir de Jean Delannoy (1940) , L’Ange gardien de Jacques de Casembroot (1942) ; Haut-le-Vent de Jacques de Baroncell (1942) ; L’Homme qui vendit son âme de Jean-Paul Paulin (1943) ; La nuit s’achève de Pierre Méré (1950).

Chansons : Giroflée, Girofla sur les paroles de la poétesse allemande Rosa Holt (1937).

Sources : Wikipedia. Date de création : 2017-10-30.

Monument

La chapelle est ornée d’un médaillon du compositeur, en bronze, daté de 1932, et signé par Claude Grange.

Photos


Date de la dernière mise à jour : 5 février 2021