CHANOINE Charles Sulpice Jules (1835-1915)
France

photo par Jules Dubois pour la Société de Géographie, 1883 - BNF
Ministre de la guerre lors de l’affaire Dreyfus

Charles Sulpice Jules Chanoine nait au domicile de ses parents, 25, rue Berbisey à Dijon (Côte d’Or), le 18 décembre 1835. Il est le fils d’un haut magistrat, Sulpice Jules Chanoine, procureur du Roi au tribunal de première instance de Dijon, et de Marie Flore André son épouse. Il est issu de la famille fondatrice de la maison de champagne Chanoine Frères. Le 21 décembre 1870 à Paris, il épouse Marguerite Frossard, fille du général Charles Auguste Frossard, gouverneur du prince impérial (fils de l’empereur Napoléon III). Il aura de cette union trois fils qui font tous Saint-Cyr, dont le capitaine Julien Chanoine, et trois filles (Henriette, Germaine et Madeleine). Entré à Saint-Cyr à 16 ans et demi, il en sort dans le corps d’état-major puis, à la suppression de ce dernier en 1880, passe dans la cavalerie.

Il s’illustre en Algérie et en Chine avant de mener la première mission militaire française au Japon. Attaché militaire à Saint-Pétersbourg puis à Pékin, commandant la 1re division d’infanterie, il reste très longtemps général de brigade, pénalisé par le classement de l’arme de la cavalerie alors qu’il exerce un commandement d’infanterie. Passé général de division, il est l’un des éphémères ministres de la Guerre (de septembre à octobre 1898) du cabinet d’Henri Brisson pendant l’affaire Dreyfus. Sa démission, sans avertissement à la tribune de la Chambre le 25 octobre, provoque la chute du gouvernement le lendemain. Le général Chanoine occupe plusieurs emplois et missions jusqu’à sa retraite en 1900. Il est également membre de la Société académique de l’Aube. Il meurt le 9 janvier 1915 à Baudement (Marne).

Distinctions : chevalier (10 novembre 1856), officier (6 novembre 1860), commandeur (4 mai 1889), grand-officier de la Légion d’honneur (29 décembre 1897), officier de l’Instruction publique, médaille de Chine, médaille coloniale avec agrafe Algérie, médaille commémorative de la campagne de 1870-71, chevalier de première classe de Sainte-Anne de Russie, commandeur de l’ordre du Soleil levant (Japon), commandeur de l’ordre impérial du Dragon d’Annam, Ordre du Trésor sacré de première classe (Japon), croix de Saint-Stanislas (Russie) de 2e classe, ordre de la Couronne de fer d’Autriche de 2e classe, ordre du Christ du Portugal de 2e classe.

Sources : Liste des ministres français de la Défense (Wikipedia), Wikipedia, Base Léonore (Légion d’honneur). Date de création : 2016-02-26.

Photos

Monument

Photos


Date de la dernière mise à jour : 11 février 2021