CADIAT Nicolas (1805-1856)
France

gravure anonyme dans W. Grosseteste, Les premières voies ferrées en Alsace

Nicolas Cadiat voit le jour à Metz (Moselle), en 1805. Il sort diplômé de l’école des Arts et Métiers de Châlons-sur-Marne (Marne) en 1824. Il travaille d’abord comme dessinateur aux études préparatoires du canal de Paris au Havre.

De 1824 à 1828, il travaille aux ateliers de constructions mécaniques de Risler frères et Dixon à Cernay, en Alsace. Puis il travaille à l’usine de Charenton de Manby, Wilson et Cie. En 1829, il dirige la fonderie de Fourchambault. Il participe à la construction de nombreux ponts, portes d’écluses et viaducs construits par la fonderie.

Nicolas Cadiat coopère à la réalisation du pont du Carrousel conçu par Antoine Rémy Polonceau. Il lui fait adopter son mode de calage de la courbure des arcs. Il présente, en juin 1831, à la Société industrielle de Mulhouse (SIM) un mémoire sur une nouvelle ferme pour des ponts suspendus qu’il a utilisé pour la construction de ponts à Cuzy et à Bec-d’Allier.

En 1835, il dirige la construction des machines à vapeur du système Wolf dans les Ateliers d’André Koechlin. Puis il crée les forges anglaises de Ronchamp, en Haute-Saône, ainsi que leurs hauts-fourneaux.

Amélie Louis de Dietrich le recrute, en décembre 1836, pour développer l’atelier de Reichshoffen. Elle lui donne un salaire élevé et un statut d’associé dans une nouvelle société créée pour la circonstance. Il possède 1/9e du capital mais perçoit 1/3 des bénéfices. La nouvelle société se développe, entre 1837 et 1841, dans le matériel pour les chemins de fer, les machines pour l’industrie textile et les bateaux à vapeur pour la navigation sur le Rhin.

Après la reprise des ateliers de Dietrich par Jean-François Cail, Nicolas Cadiat devient, entre 1842 et 1848, ingénieur en chef des Houillères de l’Aveyron et des forges de Decazeville. Il y crée un grand atelier pour la construction des machines.

Puis il s’installe à Paris où il ouvre un cabinet d’ingénieur conseil. Il imagine alors remplacer la fonte par le fer dans la construction des ponts. Il invente un système de pont métallique appliqué aux ponts de Castelfranc, de Capdenac et d’autres villes du Midi.

Nicolas Cadiat travaille, à partir de 1850, avec Alphonse Oudry, sur ce nouveau système de pont en arc métallique pour lequel il prend des brevets. Ce système est utilisé pour la construction du pont d’Arcole à Paris. Il invente aussi un nouveau système d’ancrage des câbles pour la suspension des ponts.

Il réalise, avec Alphonse Oudry, une usine élévatoire pour alimenter Cahors en eau potable, entre 1852 et 1853. En 1853, il fonde, avec Alphonse Oudry, la Compagnie des ponts en fer système Cadiat & Oudry. Il embauche Félix Moreaux comme directeur. Cette société sera reprise par Jean-François Cail, après la mort de Nicolas Cadiat. Il devient directeur des forges d’Aubin en 1854.

Nicolas Cadiat meurt à Toulon (Var), le 12 décembre 1856 pendant un séjour pour l’étude d’un projet d’alimentation en eau de la ville. Il était vice-président de l’Association des inventeurs et des artistes industriels, fondée le 29 mai 1849 par le baron Taylor.

Sources : Wikipedia. Date de création : 2012-02-27.

Photos

Monument

La sépulture était ornée d’un buste en bronze qui a disparu.

Inscriptions :

Nicolas Cadiat, Ingénieur civil, Président de la société des inventeurs, Vice-président de la société des anciens élèves des écoles d’arts et métiers, Décédé à Toulon le 12 décembre 1856.
Amélie Madeleine CADIAT née MIOT décédée le 14 Xbre 1889 dans sa 79e année.
Ernest Nicolas CADIAT, ingénieur des arts et manufactures, né à Reichshoffen le 14 février 1839, décédé à Beaune le 7 octobre 1923.

Photos


Date de la dernière mise à jour : 1 avril 2022