BARBEDIENNE Ferdinand (1810-1892)
France

portrait de Ferdinand Barbedienne, dessin au charbon et à la craie par Thomas Couture - Collection privée
Fondeur de Barye, Frémiet …

Ferdinand Barbedienne nait en 1810. C’est le fils d’un modeste cultivateur normand. Il commence ses activités dans les papiers peints, puis s’associe en 1838 avec le mécanicien Achille Colas (1795-1859), récemment l’inventeur d’un procédé de reproduction en bronze et d’objets d’art à échelle moindre.

Ferdinand Barbedienne fonde sa maison en 1839. Il fait reproduire en bronze la plupart des statues des musées d’Europe. Sa notoriété est immense et son savoir-faire universellement reconnu. Ses modèles sont suffisamment réduits pour leur permettre de s’intégrer dans les intérieurs modernes.

Il a pour idée de base la démocratisation de l’art, en rendant accessible bon nombre de fidèles reproductions de chefs d’œuvre du patrimoine artistique. Les thèmes sont révélateurs de l’époque et se tournent vers les motifs allégoriques. Ils puisent généreusement et largement dans le répertoire antique.

Ferdinand Barbedienne applique ses procédés aux sculpteurs contemporains, Antoine Louis Barye, Frémiet, Mène et autres. Il crée de nombreux modèles de bronze d’ameublement, des émaux, hauts et bas-reliefs en bois. Il leur propose des contrats d’édition, par ce fait, il contribue au succès de leur travail et de leurs œuvres.

Ferdinand Barbedienne n’a pas d’enfant, c’est donc son neveu et successeur, Gustave Leblanc-Barbedienne, qui assure la suite et développe la fonderie. Il se spécialise dans les bronzes monumentaux. Leblanc-Barbedienne signe beaucoup de monuments aux morts en France.

Ferdinand Barbedienne décède en 1892. A notre époque, il n’est pas rare de trouver dans les milieux aisés des bronzes signés Barbedienne. Les salles de vente en proposent régulièrement.

Sources : Pierre-Yves Beaudoin. Date de création : 2006-09-05.

Photos

Monument

Le buste en bronze représentant Barbedienne est signé par Henri Chapu mais non daté. Les statues sont signées par Alfred Boucher et le fondeur, LEBLANC-BARBEDIENNE 1894.

Extrait (du journal Le Gaulois, 1894) :

« Sur un haut pilier carré de pierre des Vosges repose le buste en bronze du mort […] A droite et à gauche du pilier, à la tête du sarcophage qu’il surmonte, deux figures grandeur nature de femmes, en bronze également. Toutes deux portent des palmes, mais l’une d’elles, celle qui symbolise l’Art, est casquée ; une chimère se tord sur son casque. L’autre est armée d’un marteau c’est l’industrie qu’elle allégorise. Sur le soubassement qui porte le monument tout entier, au pied du sarcophage, une délicieuse figure d’enfant est assise. Son buste est nu, mais la nudité en est si profondément chaste qu’elle est attendrissante. D’un geste découragé et très simple, mais qui exprime une douleur vraiment inconsolable, elle laisse retomber sur la pierre un flambeau dont la flamme vacille et s’éteint. »

Inscriptions : F. BARBEDIENNE 1810-1892

Photos


Date de la dernière mise à jour : 31 mars 2022