TESSE René MANS FROULAY, comte de (1736-1814)
France

René Mans de Froullay voit le jour le 9 octobre 1736. Il est le dernier marquis de Lavardin, comte de Tessé, vicomte de Beaumont et de Fresnay, baron de Vernie et d’Ambrières, Grand d’Espagne, lieutenant général pour le Roi, dans le Maine, le Perche et le comté de Laval, premier écuyer de la Reine au début de la Révolution. Ne voulant pas souscrire aux nouveaux principes, il se voit obligé de s’expatrier et d’abandonner toutes ses propriétés. Dès l’année 1755, il est uni par le mariage à Adrienne Catherine de Noailles. Elle ne lui laisse aucune postérité.

Lors du nouveau régime, Lavardin est d’abord chef-lieu de canton, mais ce titre ne tarde pas à être transféré à Domfront, pour être fixé définitivement à Conlie. Pendant cette époque, Monsieur de Tessé se trouve privé de la plus grande partie de ses biens qui ont été vendus par la Révolution. La plupart des châteaux et manoirs sont aliénés. Le vieux château est réservé pour en faire une mairie. Le neuf messidor an VIII (29 juin 1800), le citoyen Jules Lebreton et son greffier, le citoyen Poisson se transportent au ci-devant château de Lavardin pour lever les scellés apposés sur les archives de l’administration municipale, conformément à la loi du 17 ventôse précédent, assistés de René Lemarchand, maire de Lavardin, et reconnaissent que tout est dans le même état qu’autrefois.

Au retour de l’exil, il reste encore à Monsieur de Tessé, outre le château de Lavardin, celui de Mézières, dit le Vieux Lavardin, son hôtel de Tessé dans la ville du Mans (non loin du pilier rouge) et la forêt de la Bazoge. Ce qui lui reste de son immense fortune lui permet encore, à cette époque, de vivre peut-être plus richement. On sait que dans les dernières années de sa vie, il cède son hôtel de Tessé, pour en faire un séminaire et un évêché, aux départements de la Sarthe et de la Mayenne. Le comte de Tessé, dernier seigneur et marquis de Lavardin, décède à Paris le 21 janvier 1814, âgé de soixante-dix-huit ans.

Il ne laisse pour héritiers que deux cousins : Vigil Louis comte de Chavagnac et Jacques Thomas, comte d’Espinchol, appartenant l’un et l’autre à deux maisons d’Auvergne. Le premier meurt à Paris, le 8 janvier 1819 ; le second à Maniac (Cantal) le 16 janvier 1823. Le comte repose avec sa femme, Adrienne Catherine de Noailles, comtesse de Tessé (1741-1814).

Sources : Angot (Alphonse Victor), Gaugain (Ferdinand) Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Goupil, 1900-1910 ; Corentin de Shilph. Date de création : 2010-11-22.

Monument

Photos


Date de la dernière mise à jour : 14 février 2021