SUBES Raymond (1891-1970)
France

Raymond Subes voit le jour à Paris le 13 avril 1891. C’est un élève de l’École Boulle puis de l’École nationale supérieure des arts décoratifs. Toute sa carrière, jusqu’en 1970, il travaille dans l’entreprise d’Émile Robert, associé à Ernest Borderel.

Il y est d’abord dessinateur, puis directeur artistique et enfin directeur général. Raymond Subes collabore avec les plus grands décorateurs : Jacques-Émile Ruhlmann, Léon et Maurice Jallot, Jules Leleu, Michel Roux-Spitz, Alfred Porteneuve, Jean Mayodon et Jean Dunand. Il réalise les rampes d’escalier et les balustrades du paquebot Île-de-France (1926), puis des paquebots Lafayette (1930), L’Atlantique (1931) et Le Normandie (1935).

Il conçoit les réverbères télescopiques du pont du Carrousel à Paris et des ferronneries pour la Banque de France et le Palais de Tokyo. Il travaille aussi pour les compagnies d’assurance, les grands hôtels ou restaurants parisiens (comme le Lutetia, Georges V, Fouquet’s…). Ses œuvres figurent aussi dans les aéroports (Orly, Le Bourget), des grands magasins, des monuments historiques et des palais nationaux.

Il réalise également des grilles pour le Champagne Pommery, pour le fabricant de biscuits Fossier et pour l’Hôtel de ville de Reims. Raymond Subes réalise également la grille en fer forgé de l’escalier du centre culturel Guy Môquet à La Courneuve (1963-1964). Enfin, il signe les grilles d’entrée de l’église Sainte-Odile à Paris. Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1958. Il décède à Étampes (Essonne) le 31 janvier 1970.

Sources : Wikipedia. Photos L’Atlantique (1931) et Le Normandie (1935). Date de création : 2108-02-21.

Photos

Monument

Le monument est décoré de deux médailles en bronze signées et datées (1951) de Paul Belmondo : un ferronnier, avec la devise « sans amour rien ne vaut », et le buste de profil de Raymond Subes.

Photos


Date de la dernière mise à jour : 3 mai 2021