ODELIN Paul Alexandre (1847-1871)
France

Paul Alexandre Odelin voit le jour en 1847. C’est le fils de d’Alexandre Odelin (1805-1878), négociant en fers et quincaillerie, et de Marie Adelphine Crignon (1823-1893), son épouse. Il suit sa scolarité chez les jésuites. Ensuite militaire, il devient lieutenant au 16ème Régiment des Mobiles de la Seine.

Le premier jour de la Commune, le 22 mars 1871, il se trouve à la manifestation des Amis de l’Ordre, place Vendôme. Il marche vers le siège des gardes nationaux pour tenter d’arrêter la fusillade. Il est sans arme et porte le drapeau. C’est l’un des premiers à recevoir une balle. Il se fait tuer, avec une quinzaine d’autres manifestants, par des tirs des Gardes nationaux. Il repose avec ses parents dont les photos sont intégrées au vitrail de la chapelle et avec ses frères, le négociant et maire Joseph Odelin (1852-1921) et le vicaire général de Paris, Henri Louis Odelin (1846-1939).

Extrait du journal La Liberté, 28 octobre 1892 :

« C’est un des soldats dont le général Ambert disait en voyant leur attitude au feu : « Voilà un élève des Jésuites ! » Préparé à tous les vaillants efforts par une éducation fièrement chrétienne, il avait défendu sa foi dans les clubs avant de défendre sa patrie contre l’étranger. Il tomba sous la balle d’un émeutier le 22 mars 1870 en allant sans armes les bras et le coeur ouverts, porter des paroles d’apaisement aux bêtes fauves de la Commune qui, pour ce grand coeur, étaient de pauvres égarés. Cette courte vie toute égayée de bonne humeur, cette mort héroïque bénie et pleurée par les PP. Olivaint et Ducoudray qu’un même sort attend à deux mois de là, les émotions du siège, les angoisses de la guerre civile, tout cela fait battre le coeur de française et de chrétienne façon. »

Son frère Henri Louis publie sa biographie : Paul Odelin, lieutenant de mobiles, tué à la manifestation de la place Vendôme le 22 mars 1871, chez Albanel et Baltenweck, en 1875.

Hommage : Dans l’église de Fontaine-Lavaganne (Oise), Henri, Joseph, Gabriel et Marie Odelin offrent un vitrail, en 1887, à sa mémoire.

Sources : Lescure (Jean-Claude) « Quand les vitraux racontent la Guerre de 1870″ dans Marie-Claude Blanc-Chaléard (Marie-Claude), Dulphy (Anne), Caroline Douki (Caroline) « D’Italie et d’ailleurs, mélanges en l’honneur de Pierre Milza ». Date de création : 2023-12-20.

Monument

La façade de la chapelle, au dessus de la porte, s’orne d’un bas-relief en pierre avec une couronne mortuaire traversée par une palme. La porte, en fonte moulée, comprend deux bas-relief avec un cœur devant des rayons, l’un avec une couronne de fleurs, l’autre une couronne d’épines, de facture inconnue. La chapelle est ornée d’un vitrail avec une pietà, de facture inconnue, au dessus des photos en verre d’Alexandre et de Marie, encore en parfait état (en 2023).

Inscriptions : Famille A. ODELIN

(Dans le bas-relief, en façade, sous une étoile) Dieu & Patrie

Ici repose, Paul Alexandre ODELIN, licencié en droit, lieutenant au 16e bataillon, des mobiles de la Seine, né à Paris le 6 septembre 1847, tué à la la manifestation pacifique, de la Place Vendôme, à Paris le 22 mars 1871. Il est allé au devant […], bien que les […], demeurassent […].
[…] né à Or[…] le 5 avril[…], décédé à Cannes le 20 mai […]. Il fut un homme […], sa vie toute de travail et de, dévouement fut celle d’un, grand chrétien toujours égal, à lui-même.
A la mémoire de, Marie Thérèse Adelphine, ODELIN, 13 mai 1850 + 9 juin 1850.
J’ai toujours […], je vais à Dieu tout droit, je vais […]. Paroles de sa dernière […].
Madame Pierre PREVOT, Vve de Henri ODELIN, née Solange BOURDON, 18 mars 1910 + 21 juillet 20[…].
A la mémoire de, Monsieur Pierre Alexis, PREVOT, 9 juillet 1899 + 22 janvier […].
Ici repose, Monseigneur Henri Louis ODELIN, protononce apostolique, né le 26 septembre 1846, décédé le 3 mai 1939.
A la mémoire de, Jacques Marie Paul, de GAALON, mort pour la France, à Mauthausen (Autriche), 1er mai 1921 + 2 mars 1945.
Pierre Marie François, Cte de GAALON, 5 sep. 1893 + 29 nov. 1967.
Ctesse de GAALON, née Madeleine Marie Anne LAILLIER, 22 nov. 1893 + 14 août 1986.
Madame […], née Cécile LAILLIER, 1864-1948.
Gabriel ODELIN, 1902 – 1963.

(Dans le vitrail) Mater dolorosa
(Latin : Mère de douleurs)

Photos


Date de la dernière mise à jour : 5 janvier 2024