MONARD Jules de (1838-1930)
France

Jules de Monard voit le jour à Autun, le 5 mars 1838. Sorti sous-lieutenant dans l’infanterie en octobre 1859 aux chasseurs à pied, il devient lieutenant en 1865. Il passe au bataillon de chasseurs de la Garde et en 1870 est blessé à la bataille de Rezonville, en aout 1870.

Le bataillon de chasseurs de la Garde, accablé par les feux de l’ennemi, est obligé de se porter à 300 mètres en arrière. Quelques chasseurs, commandés par le lieutenant de Monard, n’ont pas été prévenus de ce mouvement de retraite. Ils ne sont bientôt plus qu’à une cinquantaine de mètres de l’ennemi, dont le feu décime à l’improviste de groupe de héros.

Un officier prussien s’approche du lieutenant de Monard et, presque à bout portant, lui tire un coup de revolver dans la poitrine. Le brave lieutenant chancelle et tombe sous le choc. C’est le salut, car à cet instant même, une grêle de balles, partie des rangs des chasseurs, s’abat sur les prussiens qui s’apprêtaient à emmener M de Monard prisonnier.

Nommé capitaine en septembre 1870, il est deux fois blessé à Metz. Il commande le 17e BCP de 1876 à 1882, puis est nommé lieutenant-colonel en 1882, et colonel, en 1887, au 37éme Régiment d’Infanterie (1887-1890). Monard devient général de brigade, en 1892, et commande successivement les 56e et 57e brigades (1892-1893). Puis il est nommé commandant de l’école de Saint Cyr (1894-1896) tout en étant membre du Comité de l’infanterie.

Général de division en 1896, il est directeur de l’infanterie, puis commande la 11e DI, le 6e CA (1897). Enfin, il est mis à la tête du 20e corps nouvellement créé (1898-1900). Le général s’éteint le 9 mai 1930, à Paris.

Distinctions : chevalier (31 mai 1871), officier (24 juin 1871), commandeur (28 septembre 1893), grand-officier de la Légion d’honneur (30 décembre 1902).

Sources : Base Léonore (Légion d’honneur). Date de création : 2009-12-26.

Photos

Monument

Photos


Date de la dernière mise à jour : 8 avril 2021