DELPECH Michel (1946-2016)
France

Auteur et interprète de Chez Laurette, Wight Is Wight, Pour un flirt, Que Marianne était jolie…

(Jean) Michel (Bertrand) Delpech voit le jour le 26 janvier 1946, à Courbevoie (Hauts-de-Seine). C’est le fils de Bertrand Charles Delpech, chromeur de métaux à Courbevoie, et de Christiane Cécile Marie Josselin, femme au foyer. Il a deux sœurs cadettes, Catherine et Martine.

Alors qu’il vient, à 18 ans, de sortir son premier disque, Anatole, il rencontre le compositeur Roland Vincent. En 1965, il participe à la comédie musicale Copains-clopant, restée six mois à l’affiche, d’abord au théâtre de la Michodière puis au théâtre du Gymnase, à Paris. L’intégration de la chanson Chez Laurette au spectacle contribue à la faire connaître. À cette occasion, il rencontre Chantal Simon, avec qui il chante en duo la chanson éponyme de la pièce. Il a vingt ans quand il l’épouse en 1966.

La même année, sous le label Festival de la maison Barclay, il enregistre son deuxième 45 tours, Inventaire 1966. À la manière de Jacques Prévert et en son hommage, il compile une liste de choses en vogue : la guerre du Vietnam, la minijupe, les bottes Courrèges, la mode Cacharel, les chemises à fleurs, le drugstore Opéra, etc.

En 1966, il fait la première partie, durant trente-huit représentations, de Jacques Brel faisant ses adieux à l’Olympia. En 1968, il obtient le Grand Prix du disque de la chanson française pour Il y a des jours où on ferait mieux de rester au lit, coécrit par Jean-Jacques Debout.

C’est l’époque des succès, y compris à l’étranger, Wight Is Wight (novembre 1969), en hommage au festival de rock de l’île de Wight, Et Paul chantait Yesterday (1970), en hommage aux Beatles qui se séparent, et Pour un flirt (mai 1971). Le planant Wight Is Wight, qui surfe sur la vague hippie, se vend à plus d’un million d’exemplaires en Europe. Le romantique Pour un flirt est un tube dans les pays francophones et aux Pays-Bas.

Sa version en allemand figure dans les classements en Allemagne de l’Ouest, en Autriche et en Suisse. La chanson remet au goût du jour un mot désuet et romantique, quand on privilégie l’expression « faire l’amour ». En quatre mois, il s’en vend plus d’un million deux cent mille exemplaires. L’auteur lui-même en est surpris. « Je ne croyais absolument pas au potentiel de ces couplets », dit-il par la suite.

Désormais vedette à part entière, il occupe la scène de l’Olympia trois semaines durant en janvier 19726. À partir de 1973, il enchaîne plusieurs succès avec Que Marianne était jolie, sur une musique de Pierre Papadiamandis, Le Chasseur (1974), au texte cosigné avec Jean-Michel Rivat sur la musique de Michel Pelay, et Quand j’étais chanteur (1975), avec des paroles de Jean-Michel Rivat et une musique de Roland Vincent.

En 1977, il chante Le Loir-et-Cher, qui parle, avec tendresse et ironie, des habitants de ce département, berceau de sa famille.

L’année 1986 marque son retour au christianisme lors d’un pèlerinage à Jérusalem. Ainsi qu’il le raconte dans son autobiographie, c’est aussi la fin de sa dépression. Il tombe en larmes devant le tombeau du Christ. Cette même année, il publie Oubliez tout ce que je vous ai dit, son premier album depuis sept ans.

Il se tourne ensuite vers l’écriture. En mai 2000, il publie un roman, cosigné avec sa nouvelle épouse, De cendres et de braises. La même année, il sort une compilation de titres antérieurs, enrichie d’un inédit, Senna, et fait quelques scènes dans plusieurs salles parisiennes avec des amis et des invités.

En 2004, une tournée suit la sortie de son disque Comme vous, elle l’amène aux Francofolies de La Rochelle et au Festival des Vieilles Charrues.

Puis Michel Delpech signe pour la septième saison d’Age tendre et Têtes de bois. Mais il a un problème d’élocution lors du tournage d’un DVD au Zénith d’Amiens le 25 janvier 2013. On lui détecte un cancer de la langue et de la gorge, et il doit annuler plusieurs de ses concerts.

Il révèle alors au grand public sa foi chrétienne, dans un livre J’ai osé Dieu, paru en 2013. La même année, il s’engage dans le programme éducatif et environnemental « Terre d’École ». La présidente de celui ci est Maria Maylin, l’épouse du cancérologue Claude Maylin qui le soigne. Ce programme vient en aide à plusieurs pays africains.

Il meurt le 2 janvier 2016, à l’hôpital de Puteaux (Hauts-de-Seine), du cancer dont il est atteint depuis trois ans. Le président de la République, François Hollande, affirme notamment que la France « pleure l’un de ses meilleurs chanteurs ». Pascal Nègre, le PDG d’Universal France, salue, en lui, « un poète parlant de la vie des gens, un mélodiste hors pair et un homme très attachant ».

Ses obsèques sont célébrées le 8 janvier 2016 en l’église Saint-Sulpice de Paris, par Abba Athanasios, évêque métropolitain de l’Église copte orthodoxe en France, assisté du père Jean-Louis Lacroix, curé de Saint-Sulpice.

Distinctions : médaille du Mérite congolais (4 novembre 2015), pour son action au sein de « Terre d’École ».

Sources : Wikipedia. Date de création : 2016-01-10.

Photos

Monument

Photos


Date de la dernière mise à jour : 10 mars 2022