CAUMONT-LA-FORCE François Edmond NOMPAR, comte de (1794-1832)
France

Une prestigieuse famille aristocratique

François Edmond Nompar, comte de Caumont-La-Force, est issu d’une famille extrêmement importante du gotha. Il voit le jour en 1794. Il épouse une princesse russe, Catherine Galitzine, dont un ancêtre est le comte de Schouvaloff, ambassadeur de Russie et ami de Voltaire.

Nompar décède le 25 avril 1832. Il repose dans une concession acquise par sa femme. Auprès de lui son fils, repose le dixième duc de La Force, Edmond Michel Philibert Nompar de Caumont. Ce dernier est né le 20 août 1818. Il meurt, à Créteil dont il est le maire, le 15 mars 1857, au château des Mèches, construit par son épouse, une riche britannique, Charlotte Georgina Henriette Smythe. Ce château sert de nos jours de résidence au préfet du Val de Marne.

La maison Caumont est originaire du midi de la France et est née peu de temps avant l’an 1000. La plupart de ses membres prirent activement part aux croisades. Quelques décennies plus tard, ils se lièrent aux familles Foix et Albret, et se convertirent finalement au protestantisme. Une grande partie de cette famille est décimée à la Saint-Barthélemy.

Jacques Nompar de Caumont y échappe de justesse en se dissimulant sous les cadavres de ses proches. Depuis ce jour terrible, il devient le proche compagnon d’Henri IV, à tel point qu’il est éclaboussé par le régicide Ravaillac. En 1637, ce personnage devient duc et de pair. Il associe son nom au duché-pairie de La Force. Deux de ses petites-filles se distinguent.

L’une, Charlotte, épouse Henri de la Tour d’Auvergne, vicomte de Turenne, glorieux militaires que Napoléon transfert de la nécropole de Saint-Denis aux Invalides. L’autre, Charlotte Rose, publie des récits historiques sous le nom de Mademoiselle de La Force. Sous le règne du Roi Soleil, bien que la révocation de l’Édit de Nantes l’oblige à abjurer, la maison Caumont est encore présente au plus haut niveau par le duc de Lauzun, époux de la Duchesse de Montpensier et favori de Louis XIV.

Dans d’autres sépultures de la 24ème division, se trouvent des ducs de Caumont-La-Force. Ainsi Auguste de Caumont voit le jour en 1803 et repose auprès de son épouse, Antonine Charlotte de Vischer de Celles. Celle ci est la petite-fille de Valence, et par conséquent, l’arrière-petite-fille de Madame de Genlis.

Olivier Auguste Nompar de Caumont est né le 12 avril 1839 et mort le 22 janvier 1909. Il repose avec son épouse, Blanche Elisabeth de Maille de la Tour-Landry. Celle ci est la fille du comte de Maille et l’arrière-petite-fille du duc de Plaisance, troisième consul. Ils sont aux côtés de leur fille Elisabeth, née le 25 juillet 1877 et décédée à Cambo-les-Bains (Pyrénées Atlantiques) le 7 août 1919. Elle était l’épouse du sculpteur et aquarelliste Gaston de Luppé.

La favorite du comte de Provence, futur Louis XVIII, la comtesse de Balbi, inhumée dans la 28ème division, est aussi une Caumont-La-Force.

Sources : -. Date de création : 2006-05-04.

Photos

Monument

Photos


Date de la dernière mise à jour : 25 avril 2021