Navigation







Ecrivains - Poétes - Littérateurs

BARBIER Auguste (1805-1882)

23eme division (4eme ligne, R, 18)
jeudi 18 janvier 2007.
 

Poète et littérateur

Henry Auguste Barbier est né à Paris le 28 avril 1805. Poète satirique et littérateur, il fait des traductions d’anglais. En 1830, il fait paraître Les Lambes dans la Revue des deux mondes. Il se présente à l’Académie Française en 1869. Il est alors déjà bien oublié.

Sa candidature a un caractère extrêmement hostile à l’Empire et à Napoléon III. Le 29 avril 1869, il est élu au quatrième tour de scrutin par dix huit voix contre quatorze obtenues par Théophile Gautier, en remplacement d’Adolphe Joseph Empis.

Le résultat de ce scrutin a le don de provoquer de violentes manifestations de colère parmi les gens de lettres. Certains y voient cependant une victoire de l’opposition au régime impérial, alors agonisant. Barbier est reçu par Samuel Sylvestre de Sacy le 17 mai 1870. Il est dispensé de la visite traditionnelle à l’Empereur tout comme le comte d’Haussonville, élu le même jour.

En 1878, en compagnie du seul Victor Hugo, il vote pour le poète Leconte de Lisle. En un jour, son ouvrage La Curée, le rend célèbre. Les Mauvais garçons, un roman satirique écrit en collaboration avec Alphonse Royer et un opéra, Benvenuto Cellini, en collaboration avec Léon de Wailly, musique d’Hector Berlioz. Sainte-Beuve dit de lui : " Ce grand poète d’un jour et d’une heure, que la renommée a immortalisé pour un chant sublime né d’un glorieux hasard" (Nouveaux lundis, X)

Auguste Barbier nous a laissé, L’Idole, La Curée , La Cuve, Le Spleen. Le poète est décédé le 14 février 1882 à Paris. Il était Officier de la Légion d’Honneur.

Crédit photos : Annie_photos (APPL 2008)