Navigation







Entrepreneurs - Créateurs - Hommes d’affaires - Philanthropes

SINGER David (1778-1846)

7eme division
jeudi 18 octobre 2018.
 

Industriel français

David Singer, voit le jour en 1778 à Uffheim

Décédé à Paris le 19 janvier 1846

Industriel et philanthrope français.

Installé à Paris en 1796, il devint un des grands négociants de la place de Paris et acquit une fortune considérable dans l’industrie du coton.

Il acquiert une partie des parcelles du château de Boulainvilliers, après son démantèlement en 1826, ainsi qu’une partie des terrains de l’hôtel de Valentinois.

Il se porta garant avec Baruch Weil lors de l’achat du terrain nécessaire à la construction du nouveau Temple israélite de Paris. Il fut membre du comité qui organisa et institua l’École primaire israélite de Paris.

Propriétaire des terrains de l’ancien couvent des Ursulines de Caen dans lequel il a aménagé une usine de filature, il achète en 1829 les terrains de l’Hôtel-Dieu de Caen, situé plus au sud et qui est transféré en 1830 dans l’ancienne abbaye aux Dames.

Il aménage un nouveau quartier autour d’une rue et d’une place qui portent son nom. Ce quartier a été détruit lors de la bataille de Caen, mais une rue porte toujours son nom dans le quartier reconstruit.

Il consacra une part importante de sa fortune à de nombreux dons et fondations de bienfaisance, tant à la communauté israélite, qu’à la communauté chrétienne.

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (7e division).

Son fils, l’agent de change Alexandre Singer, fut le mari de Flore Ratisbonne et acheta le château du Chemin à Neufmoutiers-en-Brie.

En 1870, à l’arrivée des Prussiens, il quitta le château pour se réfugier à Versailles. Les Prussiens vidèrent ses caves lors d’un grand banquet en l’honneur de la création de l’Empire Allemand, et invitèrent par télégraphe à venir partager le repas. Le télégramme fait encore partie des papiers de la famille.

La rue Singer et le passage Singer, dans 16e arrondissement de Paris, furent nommés en l’honneur de David Singer.

Publications :

Des Consistoires israélites de France (1820)

Miroir politique de la France (1841)

Le monument, en marbre, est de Ladislas Oleszczyński. A gauche, il représente « La charité » et à droite « L’industrie ».

Sources : Wikipédia et divers

Jouin (Henry) La sculpture dans les cimetières de Paris 1898, page 120

Photo : APPL_photos 2018

(APPL 2018)