Navigation







Monuments remarquables - Sculpteurs

CHAPU Antoine (1833-1891)

dimanche 11 janvier 2009.
 

Sculpteur néo-classique

Henri-Michel-Antoine Chapu, né à Mée-sur-Seine le 29 septembre 1833 et mort à Paris le 21 avril 1891, est un sculpteur français de style néo-classique.

Élève de James Pradier, Francisque Duret et Léon Cogniet à l’École des beaux-arts, où il entre en 1849, Henri Michel Chapu est issu d’une famille modeste. Son père est un ancien cocher devenu concierge à Paris.

Il remporte successivement le second grand prix de gravure en médaille en 1851, le second grand prix de sculpture en 1853 et le premier grand prix de sculpture en 1855 (Prix de Rome), ce qui lui permet de se rendre à Rome où il séjournera jusqu’en 1861. Étant à Rome, il donna un Mercure inventant le caducée (1861).

Sa production, très abondante, est souvent inspirée de l’antique. Il reçoit de nombreuses distinctions et honneurs au point de faire partie des sculpteurs « officiels » de la IIIe République. Il est élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1880.

Le marbre de sa Jeanne d’Arc à Domrémy, exposé au Salon de 1872, le révèle au grand public. Cette œuvre dévoile en effet son talent pour rendre des expressions et des sentiments subtils et justes dans une enveloppe idéale.

La Jeunesse, marbre exposé au Salon de 1875, sculpté pour le monument de Henri Regnault élevé dans la cour du Mûrier à l’École des beaux-arts, lui vaut également un grand succès populaire.

Les œuvres de Chapu sont visibles dans quelques musées. À Paris, à Orsay et à Carnavalet, au Musée Chapu du Mée-sur-Seine, sa ville natale, et dans plusieurs musées de provinces (Bayonne, Angers, Bordeaux). Elles ornent également de nombreux bâtiments parisiens, notamment l’Hôtel de Ville, l’Opéra, le Palais de Justice, la Gare du Nord.

Quelques statues funéraires lui valent également un grand succès : le tombeau de Monseigneur Dupanloup (1886) et surtout la statue funéraire de la Duchesse d’Orléans, sculptée pour la chapelle de Dreux ; la jeune femme, morte, y est représentée sur son lit, le bras droit pendant.

Une partie de sa production et en particulier sa Jeanne d’Arc à Domrémy a été éditée en bronze par la maison Barbedienne.

C’est à lui que la Société des gens de lettres avait initialement commandé une statue d’Honoré de Balzac. Mais Chapu est mort avant d’avoir pu exécuter son œuvre. Il n’a laissé que des esquisses et des ébauches de son monument.

Œuvres au PL :

Tombeau de Barbedienne.

Sépultures Ycaza, Dagout et Anna Bancroft.

Statue funéraire de la duchesse d’Orléans (Chapelle de Dreux.

Tombeau de Mgr Dupanloup.

L’Immortalité, sur le tombeau de Jean Reynaud à l’Ecole Nationale supérieure des Beaux arts.

La Jeunesse sur le monument pour Henri Regnault, même endroit.

Tombeau d’Auguste Axenfeld, à Montparnasse.

Sépulture Barbedienne

Crédit photos : Annie_photos (APPL 2009)