Navigation







Profanation du cimetière de MERS EL KEBIR

mardi 14 août 2007.
 

Sépultures militaires en péril

L’attaque de la flotte française mouillée dans le port de Mers-El-Kébir le 3 juillet 1940, reste l’un des souvenirs les plus douloureux de l’histoire de la dernière guerre.

Fin avril 2005, une délégation d’anciens marins a visité le cimetière marin où reposent bon nombre des 1 397 marins français victimes de la tragédie.

Une découverte terrible les attendait. Le cimetière, laissé à l’abandon, a été vandalisé et profané et la vision qu’il offre a de quoi révolter : « Plus une seule croix debout, les plaques sur lesquelles avaient été inscrits les noms des marins français ont été dévissées.

La tombe de l’Amiral Darlan fracassée. Le mausolée dans lequel étaient déposés les ossements des marins non identifiés est à ciel ouvert ».

La révélation a jeté un profond trouble, mêlant émotion, consternation ou colère chez tous ceux qui ont encore en mémoire cette sombre page de l’Histoire.

A la suite de la visite de Jacques Chirac à Alger en mars 2003, un « plan de réhabilitation des cimetières français en Algérie » avait reçu l’aval du président Bouteflika. Une trentaine de cimetières français sur les quelque 520 que compte l’Algérie sont concernés par ce programme en 2005. Celui de Mers-El-Kébir n’y figure pas. Nombreuses sont les voix s’élèvent pour réclamer une réhabilitation. Des associations penchent pour un lieu de repos de ces marins, en Bretagne.

Contact : Association MEK du 3 juillet 1940 - 2005 pour le rapatriement du cimetière marin de Mers-El-Kébir en Bretagne

Garcia Alain - agmg@wanadoo.fr Siège Social : 4 rue des Lauriers 56650 INZINZAC-LOCHRIST

(2 juillet 2005 - Sources et photos : articles Ouest France/Jean-Laurent BRAS du 4/5/ et 15/6/2005 - photos CP Emery / Alain Garcia, Jean-Baptiste Peruffo, Raymond Quessada)

Depuis cet article, le cimetière de MERS EL KEBIR a été réhabilité en partie Réhabilitation, vous pouvez voir les photos de cet enclos militaire sur le site qui lui est dédié.

R. Dufour Forrestier