Navigation







Théatre - Arts de la scène

ANTIGNY Marie-Ernestine Blanche d’ (1840-1874)

36ème division (3eme ligne, Q, 35)
mardi 13 septembre 2005.
 

Artiste dramatique et courtisane

Blanche d’ANTIGNY, fille d’un modeste menuisier de l’Indre, monta à Paris pour changer de condition.

Elle devint l’une des plus célèbres cocottes et courtisanes du Second Empire et obtint des rôles d’actrice : elle se produisit dans les opérettes de Jacques Offenbach et joua dans tous les théâtres d’Europe.

Elle eut une liaison restée célèbre avec le neveu de l’Empereur Napoléon Ier, surnommé Plon-Plon, lequel ressemblait au défunt Empereur de façon frappante. Elle eut aussi beaucoup de succès auprès de certains princes de l’entourage de son amant.

Elle fit les beaux soirs des financiers et des industriels, les faisant valser au gré de ses caprices.

Elle posséda une demeure dans le quartier de l’Etoile où elle mena grand train au grand dam de ses voisins. Elle y organisait des soirées à thèmes en fonction des ses rôles. Une dizaine de personnes assuraient alors la domesticité.

Elle fut l’une des femmes les plus chères de Paris après la Païva.

“...Elle vivait alors au jour le jour dans tous les endroits publics. A Mabille, elle fit la connaissance du prince Gorschakoff qui lui conseilla de partir en Russie, ce qu’elle fit. Elle connut, à Saint-Pétersbourg, le chef de la police, un Russe fort riche, et pendant un certain temps, elle fut une des femmes les mieux entretenues. Elle revint à Paris, débuta aux Folies Dramatiques. On parla beaucoup de ses 500 000 francs de diamants dont elle se paraît sur scène. Elle se fit meubler un splendide hôtel 19bis avenue Friedland où elle habite encore.

...Le Russe a continué à lui faire une fort belle pension, on ne sait s’il la lui continue, chaque fois qu’il vient à Paris, il descend chez elle et devant lui, tous les adorateurs disparaissent. Elle a eu aussi le duc de Castres. Le prince Demidoff a payé ses faveurs pour une nuit 2000 francs, huit jours avant sa mort. En ce moment, on l’a dit fort gênée...”

Sources : Archives de la préfecture de police. Fiche 138. 1873

Elle mourut en 1874 à 32 ans. Elle repose, avec une autre artiste dramatique, Caroline Letessier, décédée en 1903, dans la 36ème division.

La concession fut achetée par le prince Serge Dimitri Narichkine (de. en 1897) qui y fut inhumé, depuis, sa dépouille a été transférée dans la 90e division.